Retour aux articles
Quand le zodiaque s’immisce dans la couchette - entête

Quand le zodiaque s’immisce dans la couchette

Mes hommages. Qui, QUI, ne s’est pas un jour réjoui de ce que son signe du zodiaque lui réservait pour Pâques?  C’EST SI RASSURANT. L’astrologie renferme tant de réponses et de réconfort en culottes de velours. Les Gémeaux sont gripettes. Les Balances, elles, auraient toutes les qualités nécessaires pour organiser un banquet de rêve en un tournemain. Les Scorpions feraient d’excellents rôles de soutien dans Ruptures.

Mais les signes astrologiques ont-ils vraiment, au-delà de la science du napperon de buffet chinois et de l’alignement précis des étoiles au-dessus de ma noix par soirs de pleine lune, une véritable incidence sur mes rapports humains? Pire, une (in)compatibilité entre eux? À court de ressources et de bienveillants murmures de Louise Deschâtelets, j’ai enfilé mes bottes de cowboy et suis partie me wikipédier une contenance.

EH BIEN IL SEMBLERAIT QUE OUI.

En plus de prédire la sorte de sauce à spéghétti qui convient le mieux à une âme née en novembre, l’astrologie détaille aussi la fougue périnéenne de chaque individu avec la précision d’un sextant (saucé dans le KY). Oh! Que la petite dame cousue de pierres de lunes qui s’est, un jour, assise à son pupitre tressé de sauge a eu du fun, le moment venu de détailler les grandes et officielles lignes directrices des préférences sexuelles du bon peuple selon son signe astrologique, s’humectant les écrits et le casseau de téquila rose (et potentiellement de l’eau du radiateur, aussi).

En me penchant sur ses travaux – des écrits authentifiés par un scan de sa signature et la présence d’un arrière-plan mettant en vedette un terrifiant trou noir – j’ai découvert, non pas sans me réjouir, qu’en tant que Bélier (PETITE FLEUR D’AVRIL), j’aimais le sexe torride, brut, dénué de préliminaires et d’intérêt pour l’orgasme de l’autre. Un portrait touchant qu’on lira sans doute à mes funérailles, sur l’autel des moments phares de mon œuvre. J’ai beau être timide et apprécier les longues soirées à discuter autour d’une lasagne aux fruits de mer, ma vraie nature, LA VRAIE, serait féroce. Une hyène en nuisette dans un gant de gros pyjama lousse en popeline (muni de boutons pression qui permettent de me l’arracher de sur le corps d’un geste de Demi Moore une fois le plat de pâtes terminé). Qu’importe ma passion pour le missionnaire et les dimanches tranquilles, mon inner Bélier me dicte de faire l’amour à califourchon sur une chaise bistro pour correspondre à ce que le feu de mon signe a toujours hurlé dans le cosmos.

Vous n’êtes pas Bélier? Attachez votre tuque et préparez-vous à swigner, parce que le cosmos en a long à dire sur le moment où vous fûtes expulsés du périnée de votre mère.

Taureau (20 avril – 21 mai)
Vous ne lâchez pas le morceau tant que votre partenaire n’aura pas hurlé jouissance et détaillé son degré de moiteur en un statut Facebook sur fond coloré avec pictogrammes de muqueuses en nage. « Fais-moi la tendresse » de Ginette Reno vous donne des picotements heureux à la fourche et ça, c’est gênant pour personne.

Gémeaux (22 mai – 21 juin)

Vous aimez les parcs d’amusement? Vous aimez apparemment aussi la balançoire à cul coiffé d’un petit chapeau d’Indiana Jones. Ne rougissez pas, y’a pas de mal à ne pas détester un peu de sauce sriracha dans le fond de culotte. Assurez-vous simplement d’ajouter une petite colonne « piles AA » au tableau Excel de votre budget sexuel, sans quoi vous risquez de manger du Kraft Dinner pour un boutte (manger du Kraft Dinner quand on a la fleur comblée, y’a rien là pantoute).

Cancer (22 juin – 22 juillet)
Oh! Les petits Cancers sont soumis, mais aventureux. Qu’est-ce que ça veut dire, ça? En gros, vous ne dédaignez pas jouer le rôle d’une table à café en costume de soubrette, tant que le sujet n’est jamais abordé en brunchant. Discret comme une maxi-serviette, vous adorez satisfaire votre partenaire en vous faisant aller les sourcils. Vous n’appréciez simplement pas que ledit partenaire en parle dans le haut-parleur du IGA.

Lion (23 juillet – 22 août)
Ah ben, ah ben! On tombe en bas de notre tabourette parce que votre signe du zodiaque correspond exactement à ce qu’on peut s’imaginer de vous dans un lit queen: vous êtes le roi (OU LA REINE) du drap contour. Vous, on vous dit surtout pas quoi faire avec une fourche. Vous savez faire (du moins, vous en êtes volcaniquement convaincus) et personne ne quitte la couchette sans avoir le siège spanké et le babydoll lacéré (une lacération consentie-kinky, bien évidemment).

Vierge (23 août – 22 septembre)
La Vierge est le « Louis T » de la couchette: elle se souvient de chaque détail, des hautes statistiques de la jouissance et de chaque effleurement qui met les ronds de poêle de son partenaire à HIGH pour mener à une trace de main dans la fenêtre embuée d’une voiture antique comme dans le Titanic (le film. Le boutte le fun, là). Il est toutefois conseillé à la Vierge de ne pas traîner son iPad et ses graphiques en pointe de tarte au lit (la lumière bleue déprimerait les corps caverneux).

Balance (23 septembre au 22 octobre)
Vous aimez le sexe fleuve jalonné de très, très longues pauses publicitaires où un gars étrange finit toujours par s’exclamer « Girouuuuuux! » avec une face de gripette après avoir bu une gorgée de vin? Prenez votre temps, c’est une maudite bonne affaire. Assurez-vous simplement de vous rincer le casseau avant le coït; le vin rouge, ça fait les dents mauves.

Scorpion (23 octobre au 22 novembre)
Vous êtes les FOODIES DU CUL. Vous aimez toucher, goûter, touiller et sentir chaque pli de votre partenaire sexuel comme on hume une tomate des champs au Marché Jean-Talon, juste assez longtemps pour semer l’émoi chez le maraîcher. Sa génitalia (celle de votre partenaire, pas de votre maraîcher) est un bijou, un raisin gorgé de soleil de Toscane que vous ne lâcherez pas tant qu’il n’aura pas éclaté sur la douillette et/ou produit une petite gelée pas piquée des vers à déguster sur un brie bien chaud. 

Sagittaire (23 novembre au 21 décembre)
Pour vous, une levrette dans une ruelle verte est le missionnaire du petit lundi tranquille de mamie. Faire l’amour dans un lit relève du domaine de la déprime hivernale et les positions pas d’allure dans des endroits exotiques en chaps de cuir est votre petite luminothérapie toute personnelle. En votre suave compagnie, chaque rapport sexuel est une nouvelle aventure et on est aussi ben d’attacher notre strap on avec de la broche.

Capricorne (22 décembre au 20 janvier)     
Le Capricorne ne fermera pas l’œil (romantique, il ne fait l’amour qu’à la tombée du jour) tant que son partenaire n’aura pas joui comme une Sicilienne dans un amphithéâtre ben écho MAIS AUSSI, qu’il/elle se trouve comblé(e) au niveau émotionnel comme un épisode de « This is us » qui finit bien. Ça fait que si votre tendre moitié est Capricorne, prévoyez trois jours ouvrables pour la bagatelle, pass’ ça pourrait être long.

Verseau (20 janvier – 18 février)
Le Verseau, cet être d’hiver et de porte-jarretelles en laine de mouton, affectionne tout particulièrement le sexe sauvage. Ce sera tout (arrangez-vous avez ça).

Poissons (19 février au 20 mars) 
Le Poisson ne déteste pas se ganter la branchie de bas résille pour vous séduire jusqu’à la moelle. Formidable séducteur dans le geste et le verbe, il vous susurrera sans hésiter ce fantasme de polybranlette dans un vignoble avec gentilshommes chaussés d’espadrilles blanches que vous n’auriez jamais osé confier à quiconque.

Vous voyez? C’EST UNE SCIENCE. Formidable science qui, à la solde de cette lecture, brisera moult noces et remettra en question le plus achevé et ressourçant des Compostelle. Mais ce que je préfère, c’est que nul zodiaque n’a le sexe paresseux, malhabile ou qui sent fort.

TOUT LE MONDE GAGNE!

La bise.